Giacomo Pincelli

Vétérinaire de l'extrême et politicien en perte de vitesse

Description:

Cet elfe de quarante-cinq ans se pare des plus fins atours qui renforcent une image soigneuse et délicieusement passéiste. Pas un commlink en vue, ni l’ombre d’un quelconque gadget électronique, Giacomo est la personnification du less is more et un acharné du minimalisme à la fois vestimentaire et comportemental.

Giacomo paraît immédiatement comme très froid, mais derrière la façade d’un homme de peu de mots se cache un métahumaniste bienveillant. Fin observateur, l’ancien collaborateur du cabinet municipal se trompe rarement sur le compte de ses interlocuteurs, et gagner sa confiance n’est pas une tâche aisée.

En politique, on attribue à Giacomo une personnalité calculatrice : ses intentions restent longtemps secrètes, son action toute aussi discrète mais l’exécution implacable.

“Il n’y a d’autre fin que soi.”

En musique:

Bio:

Fils unique de deux cadres d’Armante, Giacomo a bénéficié d’un excellent niveau d’éducation malgré une absence complète de vie familiale. La jeunesse de Giacomo ressemble à celle de tout héritier vivant dans une enclave corporatiste : on lui présente un monde périlleux, on insiste sur le besoin de faire partie de l’élite et sur les très nombreux bénéfices qu’accordent les mégacorporations à ceux qui font le choix de les rejoindre.

Arrivé à la majorité, Giacomo entre dans une université de médecine privée où il se spécialise dans les sciences vétérinaires. Après une série de stages, Giacomo intègre Evo Corporation dans la division recherche animale. Il y reste 8 ans, grimpant les échelons par une combinaison d’habilité technique et de finesse politique. Assez rapidement, ses dents longues effraient ses supérieurs, et on le met au placard.

Giacomo quitte Evo Corporation dans des circonstances floues, et dont il ne parle pas, avant d’ouvrir Animore, une clinique vétérinaire dans le 17ème arrondissement de Paris. L’aisance financière du vétérinaire lui permet de s’équiper de machines dernier cri, et sa clientèle est toute désignée : Giacomo ne vise que l’élite et pratique des prix prohibitifs. Sa réputation croît rapidement dans les milieux qui comptent et par rencontres interposées, l’elfe fait le rencontre d’un adjoint au maire.

A travers sa clinique, il fait d’importantes donations dans la course municipale suivante, se rapprochant du cœur du pouvoir politique en ville. De fait, Giacomo s’achète une place dans un parti toujours avide de membres aux poches profondes. Pendant cinq ans, il gravite autour du pouvoir, réussissant à faire partie de l’équipe électorale lors de la campagne suivante. Le maire élu, Giacomo poursuit son ascension politique sans heurt, sans coup d’éclat.

Se rapprochant du soleil tant convoité, son avancée est subitement arrêtée par la découverte de nombreuses malfaçons, de graves problèmes d’hygiène et de violation des conventions collectives de travail dans le domaine. Giacomo évite de peu la prison, mais sa licence vétérinaire est révoquée et sa réputation férocement écornée. Tout au long de l’affaire, il clame son innocence et accuse un coup monté par ses adversaires. Le jour où on l’écarte officiellement de la mairie, Giacomo plonge dans une rage folle et les images de sa sortie de l’hôpital – on ne s’en prend pas si facilement à un journaliste orque – ont fait le tour de la matrice.

On ne voit plus l’elfe pendant des mois : il vit reclus dans les vestiges de sa clinique. Aujourd’hui, Giacomo sort craintivement de sa tanière : on l’a trahit et il en est convaincu. Il peut compter sur quelques rares soutiens, pas tous publics, et prépare sa vengeance.

Giacomo Pincelli

Shadows of Europe Shmngg Unkrn