Juline Perron

Mécanicienne de jour et grande gueule écologiste de nuit

Description:

Sidecut, débardeurs amples et godasses trop grandes.

Même l’observateur le plus ignare remarquerait que Juline se définit dans sa marginalité par rapport à la société, à la fois par son attitude et par son apparence. On la trouve généralement en présence de Mac, son doberman et meilleur ami.

La jeune femme parle un peu trop vite, un peu trop fort et un peu trop franchement. L’hypocrisie l’ennuie et Juline n’a pas de temps à perdre avec celles et ceux qui ne l’intéressent pas.

D’un naturel plutôt enjoué, Juline a une personnalité rafraichissante et on choisit de ne plus la voir plutôt que l’inverse : ses partis-pris dérangent et son obstination à en parler constamment encore plus.

Malgré son physique sportif, Juline s’adonne longuement et quotidiennement à la lecture de manifestes politiques et écologistes et on peut la voir méditer, au coucher du soleil, assise en-haut d’une pile de déchets après une longue journée d’un travail peu gratifiant.

En musique :

Bio:

Juline vit et travaille depuis toujours dans un de ces quartiers oubliés à la périphérie de la cité, un de ceux où la pollution fait des ravages, où l’électricité est rationnée et où on trouve plus facilement un cadavre qu’une offre d’emploi. Le premier que Juline a découvert, c’était celui de son père, un ganger de bas étage notoire : trois balles dans le torse, quatre coups de couteau et le visage enfoncé dans le crâne. Du travail propre, au moins, par rapport à ce qui peut se faire dans le coin.

A l’époque, la guerre entre les gangs battait son plein et les nouveaux arrivants chinois avaient fait une entrée fracassante sur un marché où son père, sa mère et son oncle avaient investi de leur personne. C’est un peu le problème des investissements, ça ne paie pas toujours, ou pas forcément de la manière dont on l’avait espéré. Sa mère a eu son heure de gloire, posthume, grâce au snuff movie qui la mettait en scène. Juline n’a jamais vu ce film tridéo, et elle souffre encore beaucoup des moqueries sordides des jeunes du quartier.

C’est son oncle qui s’est occupée d’elle à l’adolescence. Juline a pu aller à l’école, assez pour savoir lire et écrire au moins, et à seize ans elle a commencé une longue série de petits boulots merdiques qui l’ont conduits jusqu’à Amar, le propriétaire de Wreck&Junk, une casse/déchèterie connue dans le coin. Amar, le patron, est une peau de vache et une tête de mule, mais il récompense l’effort et la loyauté. Auprès de son équipe, Juline apprend les rudiments de la mécanique et de la récupération.

Ses lectures et son boulot l’amènent lentement vers des convictions écologistes, vers des convictions politiques et finalement vers des actes écoterroristes au sein de TerraFirst!. On trouve Juline à toutes les manifestations anti-système, sur toutes les barricades à tenir et derrière toutes les pierres jetées aux forces de l’ordre. Quand elle n’est pas activement en train de casser le système, de nuit, elle le répare chez Amar de jour.

Autrefois, Juline fréquentait l’Electric Sheep, où elle a rencontré Un1krn, elles se connaissent toutefois très peu.

Juline Perron

Shadows of Europe Shmngg Unkrn