Cergy-Pontoise

Un demi-million de containers transitent chaque jour par le Cergy Stack. Cette hyperstructure colossale construite sur le modèle de l’Europort, est un mille-feuille de rails, de routes, d’autoroutes, de tramways, d’héliports, d’aéroports et d’hyperloop, en haut de laquelle on trouve une archologie que la corporation Cergy Multi-Port (CMP, classée A, et surnomée X-Port) partage avec les mégascorpos qui ont co-financé le stack.

X-Port n’aurait jamais vu le jour sans l’entente des AAA parisiennes dans l’effort de bâtir une plateforme de distribution et de stockage pour répondre à l’afflux de biens entrant et sortant de la capitale après la création de l’estuaire de la Seine et du port de Rouen-Normandie. X-Port devait permettre de combler le retard accumulé pendant la première moitié du XXIème siècle sur l’expansion corporatiste européenne en raison des efforts protectionniste de l’État Français. Ce consortium a une existence juridique propre (et très complexe) ne lui accordant aucune extraterritorialité, et a pour seule vocation d’assurer une gestion centralisée du flux de biens transitant vers le reste de l’Agglo et depuis l’ensemble du métroplexe vers Rouen-Normandie, l’Espagne, et la Mégalopole Européenne.

Cergy_X-Port.jpg
Le stack est organisé de la manière suivante: à son apex, on trouve la quasi-archologie d’X-Port et les bureaux (on pourrait parler d’ambassade) des Mégas qui la chapeautent. Cette archologie est faite de tours, de lumières et d’une propreté clinique et chimique participant à l’absence totale de vie sauvage dans les environs du stack. Sous celle-ci, on trouve des entrepôts et des espaces de stockages cyclopéens, méticuleusement organisés et couverts par l’extraterritorialité des propriétaires des biens à l’intérieur. Finalement, on trouve jusqu’au sol et sous celui-ci les différents moyens de transport reliant le stack au reste de l’agglo. Enfin, dans les méandres de la terre, on trouve un hyperloop dédié aux plus précieux biens corporatistes dont le tracé est l’un des secrets les mieux gardés hors du Musée.

Si les étages supérieurs du stack sont immaculés, on trouve dans les profondeurs de celui-ci une population troglodyte abandonnée par X-Port suite à un accident du travail ou à un licenciement. Ceux-là rodent dans les zones sombres et inoccupées, entre les routes, les rails et les égouts, contre des blocs de béton dont ils connaissent les chemins cachés.

Le plateau supérieur du stack se situe à 300 mètres d’altitude, le reste de la plateforme descendant du plateau graduellement, à la manière d’une pyramide de 4 kilomètres de large.

Tout autour du stack, on trouve les anciens quartiers résidentiels, des entrepôts désaffectés depuis longtemps, et des terrains vagues à mi-chemin entre déchetteries et bidonvilles. Les pauvres qui n’ont pas l’honneur de travailler pour X-Port, vivent et se battent pour les restes qui dégringolent des nouveaux bourgeois d’X-Port, les perdants meurent ou se tournent vers le crime omniprésent. Ni le Vory ni le Milieu Parisien ne semble avoir, de connaissance commune, de siège à Cergy-Pontoise. Mais de nombreux acteurs des ombres y prospèrent. Les triades y sont elles particulièrement présentes, les gangs semi-organisés représentant la deuxième force en présence dans le quartier.

Ombres Portées:

Bonnes Adresses:

Cergy-Pontoise

Shadows of Europe Shmngg LeGoSS