Shadows of Europe

Prologue - Anonymus

Sans aucune trace de son passé…

Stephane Larchet était mort et enterré, c’était un fait établi. Une page de la vie d’E-rezzed s’était tournée avec lui, ou du moins c’était ce qu’il pensait… Mais Stéphane Larchet n’avait pas dit son dernier mot. Et les morts sont parfois bavards.

C’est en substance ce que s’est dit E-rezzed quand le nom de Stéphane est remonté dans l’une des nombreuses alertes qu’il avait paramétrées dans la matrice. En consultant les discussions concernées, il a rapidement identifié que quelqu’un semblait se renseigner avec insistance sur son ancien compagnon du réseau Terra Nostra, sur divers forums d’activistes plus ou moins sérieux, cherchant notamment à établir ce qui avait pu lui arriver depuis sa disparition. Pseudonyme utilisé : Cute Rebel.

tumblr_inline_nozpi5DXmE1s9c9hj_500.jpg

Un fil de discussion notamment a retenu son attention, sur le forum Autre Futur. Cute Rebel y avait eu plus de succès qu’ailleurs grâce à l’intervention d’un autre utilisateur qui se portait garant de lui/elle, Wreck&War. Une lecture rapide du fil a partiellement rassuré E-rezzed, notamment suite à l’intervention d’un modérateur (MARCS) qui envoyait un peu bouler Cute Rebel en signalant que Stéphane Larchet avait aux dernières nouvelles rejoint Minuteman Security, une filiale de NeoNET… Pas le choix de carrière le plus logique pour un hacktiviste supposé. Au demeurant, les différents participants à la conversation semblaient plus intéressés par un rendez-vous proche auquel tous avaient visiblement prévus de se rendre.

Pourtant, il y avait dans l’insistance de Cute Rebel quelque chose qui inquiétait E-rezzed. Quelque chose qui suggérait que les questions ne s’arrêteraient pas là. Et si leurs réponses finissaient par mener à Stéphane, les chances pour qu’elles mènent aussi jusqu’à lui étaient bien trop élevées au goût d’E-rezzed. C’est pourquoi plutôt que d’en rester là, il a continué à creuser.

L’occasion de passer à autre chose s’est pourtant présentée, sous la forme d’une requête fort peu banale d’Old Master Q. Visiblement, les Réservistes avaient repéré de façon automatique une connexion associée au commcode de l’un d’entre eux… commcode qui était inactif depuis vingt-cinq ans. Ce code était celui de l’Espagnol, l’un des membres qui avait beaucoup contribué aux premiers développements de la Réserve après sa création, même s’il ne s’agissait pas d’un fondateur. Il avait disparu de la circulation alors qu’Old Master Q était encore un Réserviste fraîchement arrivé. Évidemment, la Réserve voulait en savoir plus sur cette mystérieuse connexion, et E-rezzed a accepté sans problème d’investiguer.

Ça n’a pas empêché ses premières recherches de porter sur Cute Rebel. Il n’a pas été compliqué pour le hacker de trouver son identité officielle : Sophie Larchet, brièvement adoptée par la famille Larchet entre deux centres d’aide aux adolescents en détresse, mais longtemps restée en contact avec son « frère » aîné Stéphane. Sa dernière adresse connue était dans l’un de ces centres quelque part dans l’Agglo, mais elle l’avait quitté il y a six mois dès que son dix-huitième anniversaire le lui avait permis. La piste facile s’arrêtait là.

Ses pires pressentiments confirmés, E-rezzed a eu un bref moment de flottement. Il lui paraissait plus que probable que Sophie était poussé par une fixation mal résolue sur la figure fraternelle de Stéphane, et sa ténacité promettait d’être inversement proportionnelle à sa dangerosité individuelle. Ce qui signifiait qu’elle continuerait à générer de l’attention jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite, ce qui n’arriverait probablement jamais, jusqu’à ce qu’il lui arrive quelque chose et/ou jusqu’à ce qu’elle attire l’attention de NeoNET.

Pour continuer à remonter sa piste, il fallait sans doute se rendre dans le dernier centre d’accueil où elle avait vécu, afin de consulter les dossiers archivés et pas seulement le contenu accessible en permanence depuis la matrice. Mais E-rezzed était réticent à y consacrer immédiatement du temps alors que la requête de la Réserve méritait sans doute d’être rapidement traitée. Il a donc choisi d’attaquer d’abord la question par un autre angle. Si Wreck&War se portait garant(e) de Sophie Larchet, il ou elle la connaissait sans doute bien. Une nouvelle passe de hacking plus tard, E-rezzed avait identifié Wreck&War comme Juline Perron, domiciliée comme lui à Aubervilliers. Il savait aussi qu’elle se rendrait le soi-même à l’Eternel, un établissement installé entre autres dans le Musée, et il ne lui semblait pas improbable que Sophie Larchet l’y accompagne. Il a donc décidé de se rendre lui aussi à l’Eternel ce soir-là pour un peu de legwork à l’ancienne.

Les quelques heures qui ont précédé la soirée ont été consacrées à essayer de tracer la connexion “fantôme” de l’Espagnol. Elles ont permis à E-rezzed d’établir que la connexion s’était faite à partir d’un appareil qui datait sans doute d’il y a vingt-cinq ans, utilisant encore une technologie filaire ! Il a même réussi à commencer à tracer la présence matricielle de cette connexion, mais l’a finalement perdue quelque part au nord du Musée. Constatant qu’une nouvelle période de recherches serait nécessaire pour retrouver la connexion, E-rezzed a remis sa prochaine tentative à plus tard et filé jusqu’à l’île de la Cité, où il a pris une chambre dans un hôtel proche de Notre-Dame. Et c’est virtuellement qu’il est entré vers le milieu de soirée dans la grande salle de l’Eternel.

Une surveillance discrète lui a permis de repérer rapidement le commcode de Wreck&War et de l’identifier physiquement à partir de son commlink. Malheureusement pour lui, elle semblait être venue seule et bien qu’elle se soit entretenue avec au moins une jeune femme au cours de la soirée, il ne s’agissait pas de Sophie. Quand elle a fini par quitter les lieux pour rentrer vers Aubervilliers, il l’a prise en filature et a profité du trajet pour hacker son commlink. Sa persévérance a enfin été récompensée : en quittant l’Eternel, Wreck&War avait bien envoyé un message laconique à Cute Rebel. “Je rentre.”

…comment peut-il se construire un avenir?

Comments

Shmngg LeGoSS

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.